Statistiques "marché"

Statistiques « baromètre marché visé »:

Qualité et valeur du marché

Nombre de projets (parmi les 1859 estimations)

En %

Très Bonne

66

3,5

Bonne

530

28,5

Moyenne

692

37,2

Insuffisante

458

24,7

Très insuffisante

113

6,1

 

La connaissance du marché visé par les porteurs de projet est bien sûr importante (dans l’absolu) mais elle ne contribue, dans cet outil d’autodiagnostic, que pour moins d’un cinquième à la qualité globale et à la valeur transactionnelle finale. Cela, parce que bon nombre de fondateurs n’ont souvent qu’une connaissance assez vague de ce que recoupent exactement les externalités : marché, clients, concurrents.

1007 répondants (soit 54,2 % du total) déclarent que l’évolution de leur marché est en forte croissance, c’est-à-dire plus de 35 % d’augmentation annuelle. Tandis que 453 autres participants estiment que le marché qu’ils visent est en croissance régulière (entre 10 % et 20 %).

Mais leurs réponses respectives se réfèrent-elles bien au taux de croissance annuel des revenus pour le secteur d’activité concernant leurs produits/services dans la zone géographique (convenablement délimitée) où ils vont concentrer leurs premiers efforts commerciaux, selon leur plan de développement ? Ou sont-ce plutôt des estimations à la grosse louche ?

43,8 % des participants estiment que la taille de leur marché se situe dans la tranche 50 – 500 millions €. Surestimer la taille du marché est une erreur très courante chez les aspirant-entrepreneurs. Par exemple, si leur produit est un appareil médical utilisé en chirurgie reconstructive de la hanche, les entrepreneurs en herbe ont plutôt tendance à prendre en compte (pour estimer la taille de leur marché) les revenus annuels de l’industrie des appareils médicaux dans son ensemble, au lieu de ne se focaliser que sur les revenus annuels concernant exclusivement les opérations réparatrices de la hanche ! Et si leurs efforts marketing ne se portent que sur le Benelux, alors ils ne devraient prendre en compte que les revenus annuels associés au remplacement de hanche dans le Benelux uniquement. Mais les porteurs de projet sont-ils tous bien au faîte de ces nuances ?

Pour la majorité des répondants, le timing (pour se lancer) semble bon puisque 53,7 % d’entre eux déclarent que le marché de leur produit/service n’est pas servi convenablement par leurs concurrents actuels dont les produits sont faibles. Et pour 14,9 % des répondants le marché convoité n’est même pas servi du tout !

49,8 % des répondants affirment n’avoir pas de concurrents directs, tout au plus des substituts, c’est-à-dire qu’actuellement les clients disposent d’autres moyens (que la solution nouvelle apportée par le porteur de projet) pour assouvir leurs besoins ou résoudre leurs problèmes.

16,7 % des répondants vont même plus loin en affirmant que leurs concurrents sur le marché de leur produit/service sont tout simplement inexistants (pas même de substituts) !

Bref, la majorité des participants ne craint ni la concurrence actuelle ni celle à venir. Étant donné que 38 % d’entre eux estiment être en mesure de garder une longueur d’avance grâce à leurs capacités d’innovation, d’agilité et de rapidité et que, par ailleurs, 34,5 % d’entre eux seraient ravis d’un partenariat avec tout nouvel opérateur majeur sur le marché convoité.

Pour 61 % des répondants le potentiel de croissance de leur solution est significatif, quel que soit le laps de temps considéré.